Univesité Rennes 2

            

Pour la seconde année, le festival Travelling s’associe aux professeurs et étudiants de l’Université Rennes 2 afin de proposer une journée dédiée, consacrée pour cette édition à la réalité virtuelle. Elle était accueillie dans le nouveau Pôle Numérique par les étudiants du master 2 NUMIC (Numérique et Médias Interactifs pour le Cinéma et l’audiovisuel). Cette formation s’articule autour des métiers de l’édition et de la valorisation numériques du cinéma et de l’audiovisuel, ils ont donc eu l’opportunité d’organiser cette journée  sur le campus le 9 février dernier.  En tant que volontaires au service civique à l’université Rennes 2, nous y avons assisté, on vous raconte tout. 

Les ateliers

14h30, nous nous rendons sur les plateaux de tournage du Pôle numérique où se déroule la journée de la réalité virtuelle, impatientes de découvrir la programmation annoncée. Au total, six activités sont réparties sur deux plateaux. Un premier stand propose du son binaural, le suivant explique le principe de la réalité augmentée, trois autres nous mettent en situations de réalité virtuelle par le jeu et la vidéo, et le dernier donne la chance aux visiteurs de créer son propre casque de réalité virtuelle. Chacun attise un peu plus notre curiosité, le monde est réparti de manière homogène ce qui permet de pas attendre trop longtemps. Certains écoutent du son binaural le casque greffé aux oreilles, une jeune femme, coupée du monde, dessine dans un monde virtuelle à l’aide d’un casque Oculus Rift et d’autres sont captivés par les astronautes de Technicolor… Parmi ces ateliers, deux ont retenu notre attention.

Le son binaural

La première activité que nous décidons de tester est organisée par Jean-Charles Roussillon, étudiant Numic, en partenariat avec NouvOson d’Hyper Radio de Radio France. Avant de commencer, il nous explique que le son binaural permet d’évaluer approximativement la distance d’une sonorité dans son espace : derrière, devant au dessus ou en dessous de nous… Un casque sur les oreilles, les yeux fermés, on écoute… L’eau du shampoing, le clap des ciseaux…Nous voila entre les mains d’un coiffeur. Tentez l’expérience chez le coiffeur.

Nous nous renseignons davantage sur le concept auprès de Jean-Charles. Il nous apprend que ce ne sont pas seulement nos oreilles qui nous permettent de repérer les sons, la morphologie de notre crâne filtre plus finement les sons dans l’espace de manière très précise. Le binaural va utiliser des paramètres comme les retards de temps ou les différences de niveaux d’une oreille à l’autre pour permettre à notre cerveau de localiser une source. L’expérience est bluffante.

Une autre expérience sonore était proposée sur le stand : Les Eurockéennes en son 3D : Mac DeMarco

Technicolor

Le second atelier qui nous a interpellé est celui présenté par Technicolor. Leader technologique mondial dans le secteur Média en Entertainement, Technicolor développe, conçoit et offre des expériences de vie numérique immersives et augmentées.

Grâce à l’Oculus Rift, nous entrons en immersion total dans la peau d’un astronaute à travers une vidéo. Du décor à 360° au suivi des mouvements, tout donne l’impression d’y être.

La particularité de cette démonstration est que chaque utilisateur est réellement “incrusté” dans la vidéo. Si on lève le bras, l’astronaute reproduit notre geste. Lorsque l’on passe derrière un objet imposant, notre corps est caché derrière celui-ci. Tant de choses qui nous paraissent évidentes mais qui demandent un travail conséquent.

L’expérience débute dans une pièce ouverte sur l’espace face à un autre astronaute qui s’avère être un autre utilisateur et à qui il est possible de faire signe. On se retrouve ensuite propulsé dans l’espace, moment surprenant qui donne vraiment la sensation d’être en apesanteur. L’utilisateur peut interagir avec le contenu, par exemple, à un certain stade de la vidéo, un bouton déclenche de la fumée si l’on appuie dessus. Au bout d’une dizaine de minutes de flottements et d’interactions, on revient à la réalité avec l’envie de revivre le moment.

Le photomaton

Afin de marquer cette journée, une borne à tirage instantané a été mise à disposition laissant le loisir aux invités de se faire tirer le portrait avec des accessoires amusants. Il y a eu plus de 150 tirages imprimés!
_____________________________________________

Marina et Gary, étudiants du master Numic

Le lendemain de l’événement, nous avons rencontré les deux organisateurs autour d’un café. Réalisé dans le cadre d’un partenariat avec Clair Obscur (Association de promotion du cinéma et l’audiovisuel), le thème de la journée avait été prédéfini par l’association. En véritable chefs de projet, Marina et Gary, ont orchestré cette journée de A à Z. Ils ont minutieusement attribué les rôles de leurs collègues pour réussir à la mettre en place en deux mois. Ils ont bénéficié d’une autonomie totale : “on est arrivé en cours et on nous a demandé si on voulait organiser une journée sur la réalité virtuelle pour le festival travelling ? Avec Gary, on a directement accepté” nous raconte Marina.

C’était la première fois qu’ils géraient un événement de cette ampleur avec autant de responsabilités et d’enjeux. Il admettent avoir eu quelques difficultés : “c’est difficile de donner des directives à des personnes qui sont formés à être chef de projet eux aussi” reconnait Marina “et qui sont également nos amis !” poursuit Gary. Mais agréablement, tout se sera déroulé comme prévu : “on a eu aucune mauvaise surprise, tout a fonctionné correctement, le monde qui circulait aux ateliers était homogène et chacun était occupé toute la journée” indiquent les deux chefs de projets. C’est fiers d’eux qu’ils ont clôturé cette journée intensive et très formatrice.