Univesité Rennes 2

Des étudiants de Rennes 2 mettent actuellement en place une épicerie gratuite pour les étudiants. Rencontre avec les porteurs de projet : Daphné Sourisseau, Hélène Bougaud, en master 2 Urbanisme, aménagement et collectivités territoriales et Simon Michel, en master 2 Intervention et développement social. Il souhaitent organiser leur première distribution en novembre à raison d’un rendez-vous par semaine.

Quelles sont vos motivations pour créer une épicerie gratuite sur le campus de Villejean ?

Simon Michel : Je suis investi dans l’association “Cœur résistant” depuis 4 ans, association qui a mis en place une épicerie gratuite pour les gens qui sont dans la rue et organise des maraudes (distribution dans la rue le soir). On est à côté de la Place Sainte Anne et on avait remarqué que beaucoup de gens venaient du quartier Villejean, que ce soit des habitants ou des étudiants. C’est ce qui m’a motivé à monter un projet ici.

Hélène Bougaud : Moi je suis très attachée à la lutte contre la précarité et à la lutte contre le gaspillage. Je fais la guerre à mes colocs ! Et puis l’engagement c’est hyper stimulant. Y’a une énergie forte qui sort de ce genre d’initiative avec les bénévoles, les partenaires au niveau de l’université, de la ville.

Daphné Sourisseau : moi j’avais vraiment envie d’aider concrètement les gens qui en ont besoin et ne pas rester juste à un niveau abstrait.

Vous aviez conscience de la nécessité de ce genre d’initiative ?

Daphné : je n’avais pas vraiment conscience que certains étudiants galéraient autant.

Hélène : Y’a des paradoxe. On est dans un société de consommation qui produit trois fois trop et au final la moitié est jetée… Et d’un autre côté, un étudiant sur 5 à Rennes affirme connaître des difficulté pour s’alimenter régulièrement Source Audiar

Comment avez-vous construit votre projet ?

Hélène : nous on a eu Béatrice Quenault (Maître de conférences en économie et Chargée de mission développement durable) en cours qui nous avait parlé de son projet ESS CARGO (Espace Social et Solidaire des Containers d’Alter Ressources pour une Générosité Organisée) à l’intérieur duquel il y avait un projet un peu similaire. A ce moment là on se disait “Imagine que l’on récupère les invendus du CROUS pour les redistribuer”. C’est parti de là ! “Cœur résistant” a été très facilitateur pour créer l’association, ouvrir un compte bancaire, créer des statuts. Mais il a fallu mettre en place une convention de partenariats avec l’université, un plan de maîtrise alimentaire…

Simon : Lors de la Journée campus, en septembre, plus de 100 personnes ont laissé leur contact pour être bénévole. On a organisé des réunions d’informations. On estime qu’au final 25 seront vraiment investis dans l’association. On a envie de mettre en place les choses avec eux. Les règles communes, c’est le plan de maîtrise sanitaire. Pour le reste, chaque idée est bonne à prendre.

Quels sont vos objectifs à moyen et plus long termes ?

Hélène : On aimerait commencer les distributions en novembre. On passera par l’entreprise sociale Breizh Phenix qui récupère des invendus alimentaires notamment dans la grande distribution…

Simon : Nous, on est en master 2 donc on espère que l’association continuera à vivre sans nous après ! Et puis on aimerait que ce genre d’initiative puisse être reproduite que ce soit à l’Université de Rennes 1 ou à Grenoble ! Ça passera par la rédaction d’un livre blanc. Dès qu’un projet touche à l’alimentaire, les gens pensent que c’est compliqué. Mettre en place une chaîne du froid, c’est contraignant  mais ce n’est pas non plus insurmontable ! C’est le message que l’on veut faire passer.

En savoir plus : Facebook de l’Épicerie gratuite