Prochain direct mardi 6 décembre à 17h30 : Les femmes, l’art et la mer : des engagements divers. Cliquer pour y accéder.
Univesité Rennes 2
Collections > Cours public > 2006 / 2007 - Criminologie

Toutes les aires culturelles sont concernées par la problématique de la violence, interne ou importée, externe, proche ou lointaine. Le haut niveau de développement de moyens de communication et de diffusion des informations contraint chacun à un spectacle permanent. Des séquences d’affrontement en scènes de harcèlement, ces violences permanentes et persistantes, lues, vues, vécues… se perçoivent en terme d’insécurité, que l’on occulte en les banalisant ou au contraire que l’on cherche à éradiquer en leur donnant une ampleur démonstrative jamais atteinte.

Qu’elles soient organisées ou impromptues, classiques ou plus contemporaines, chacun se trouve dans l’obligation de prendre position sur leurs origines et sur les réductions dont elles font l’objet. Quand la criminologie s’invente au XIXème siècle, elle participe d’un courant de pensées fortement marqué par de théories médicales, biologiques et sociologiques incluant la santé mentale et le désordre public dans une police et une criminalistique qui se cherchaient. Aujourd’hui avec quoi, avec qui se construit-elle et où sont les résistances à sa construction ? Pourquoi la criminologie devrait-elle devenir au XXIème siècle, en Sciences Humaines et Sociales, un bien aussi commun que la Psychiatrie l’a été au XXème siècle ?

En d’autres termes, comment et avec quelles déterminations participons-nous à l’écriture du crime aujourd’hui ? Quelles perspectives en avons-nous, avec quelles rétrospectives?

Le cours public organisé cette année va tenter de reprendre quelques questions du quotidien criminologique en se centrant tantôt sur ceux qui l’écrivent, en rendent compte, tantôt encore sur ceux qui en cherchent l’élucidation, tantôt sur ceux qui tentent d’une autre manière de conjuguer justice et équité. Psychologues, Sociologues, Juristes, Médecins, Historiens, Journalistes vont contribuer à mettre en scène ces interrogations d’hier et d’aujourd’hui. Avec un même objectif d’analyse : comment est mis en mots, et avec quels mots, ce qui paraît échapper à la raison ? Comment faire entrer dans un discours rationnel ce qui peut ne sembler qu’errements, transgressions, dans une pensée qui s’absenterait ou qui, au contraire, paraît jubiler à écrire le mal et le malaise ?