Prochain direct mardi 07 décembre à 17h30 : Des œuvres à regarder avec les mains : l’accessibilité sensorielle dans l’art. Cliquer pour y accéder.
Univesité Rennes 2
DATE 23-09-2016 DURÉE 02:33:59 GENRE Conférence PUBLIC Master DISCIPLINE Cinéma Auteur Jean-Pierre Verscheure Réalisateur Université Rennes 2 Producteur Université Rennes 2

Résumé

Intervention de Jean-Pierre Verscheure, Professeur honoraire à l’INSAS – Bruxelles

Généralement, dans l’industrie du cinéma comme auprès du grand public, les mots« formats larges » signifient simplement 70mm et ses variantes avec comme « attente du public » un spectacle de grande qualité.

La réalité est tout autre. Certains formats 35mm, 55mm et autres sont également considérés comme étant des formats larges. Pourquoi ont-ils été introduits dans l’exploitation ? Que signifie « spectacle de qualité » ? Quels sont les paramètres qualitatifs des formats larges ? Quelles sont les conséquences de ces multiples formats sur la gestion du rapport fond/forme ?

Les formats larges appartiennent aux domaines du cinéma argentique d’hier et ne sont plus compris de nos jours. La sortie récente d’une production tournée en Ultra-Panavision 70mm de Tarantino en est un bel exemple. Remémorer et retracer aujourd’hui l’histoire des formats larges est d’une absolue nécessité étant donné l’importance qui leur a été accordée par l’industrie et par le public, ils font partie intégrante de l’histoire du cinéma.

Nous tenterons de retracer l’histoire des formats larges introduits dans l’exploitation cinématographique de ses origines à nos jours en abordant le sujet du point de vue des majors, des hommes d’affaires, des chercheurs et des réalisateurs qui étaient confrontés chaque fois à de nouvelles formes de spectacles cinématographiques.

Le sujet est vaste et très complexe au vu du nombre de procédés exploités. Chacun d’eux offrait des avantages et des inconvénients, avec leurs contraintes d’ordre technologique et esthétique. Chaque procédé était un outil différent pour le réalisateur que le directeur de la photographie devait gérer au mieux, certains procédés donnaient une grande profondeur de champ et d’autre pas, et certains donnaient une image plus large que d’autres. Bref chaque système offrait un espace scénique différent tant visuel que sonore.

L’exposé a pour objectif de faire la lumière sur les plus beaux procédés introduits dans l’exploitation et d’en comprendre les enjeux.