Univesité Rennes 2

La Traviata sur écran(s)

à l'Opéra de Rennes

DATE 04-06-2013 DURÉE 02:18:26 GENRE Concert PUBLIC Tous publics DISCIPLINE Musique, Théâtre Auteur Antony Hermus / Arnaud Oosterbaan / Jean-Romain Vesperini Réalisateur Denis Caïozzi Producteur Opéra de Rennes / Orchestre symphonique de Bretagne / Radio France / TV Rennes / Ty Télé / Télévision Bretagne Ouest / Telmondis / France Musique

Résumé

L’opéra en trois actes, joué sur la scène de l’opéra de Rennes, était disponible en direct à l’écoute en son binaural, un son spatialisé qui permet, équipé d’un casque audio, de percevoir l’esthétique d’un mixage qui essaye de restituer les différents plans sonores, entre la fosse, la scène, les coulisses, la salle et le public. La prise de son spatialisée était réalisée par Radio France tandis que le live stream et la mise en ligne était assurée par le CREA – Université Rennes 2.
La Traviata est retransmise sur plusieurs chaînes de télévision, rassemblées dans la configuration très rare d’une alliance entre télévisions locales (TVR, Ty Télé, Tebeo, TV Armor) et chaînes nationales (France 3, France Musique).
Le projet de ces retransmissions est de faire partager aux téléspectateurs la dimension évènementielle de cette grande soirée lyrique. Une fois encore, à Rennes, l’opéra fédère toutes les énergies pour un évènement artistique, culturel et technologique d’une portée rare et significative.

Argument

ACTE I
Violetta Valéry, une demi-mondaine, donne une grande réception. On lui présente le jeune Alfredo Germont, secrètement amoureux d’elle. Violetta, saisie d’un malaise soudain, demande qu’on la laisse seule. Alfredo, toutefois, reste avec elle. Il lui déclare son amour, que la jeune femme, bien que touchée, ne semble pas prendre au sérieux. Les invités prennent congé et, restée seule, Violetta s’avoue troublée par ce jeune homme. Mais elle se ressaisit : sa destinée n’est pas de vivre pour l’amour d’un seul homme, elle doit rester libre et parcourir tous les chemins du plaisir.

ACTE II
Premier tableau
Violetta a fini par céder à l’amour d’Alfredo et s’est réfugiée avec lui dans sa maison de campagne. Giorgio Germont, le père d’Alfredo, se présente. Il demande à Violetta de renoncer à son fils et évoque sa fille, qui ne peut se marier à cause de la liaison scandaleuse de son frère. Comprenant que son passé la poursuivra toujours, Violetta cède : elle quittera Alfredo et reprendra son ancienne vie. Germont prend congé, ému par la noblesse de cette femme qu’il a contrainte au sacrifice. Le retour d’Alfredo la surprend et elle s’éclipse après des adieux que le jeune homme ne comprend pas. Sans rien dire de sa visite à Violetta, Germont cherche à consoler le désespoir de son fils en lui
vantant les vertus de la vie familiale. Mais Alfredo ne songe qu’à retrouver Violetta.

Deuxième tableau
La fête bat son plein chez Flora Bervoix, une amie de Violetta. Alfredo surgit. Violetta fait à son tour son entrée, accompagnée du baron Douphol. Partagée entre le désir de s’expliquer et la promesse qu’elle a faite à Germont, elle finit par prétendre qu’elle aime Douphol. Fou de rage, Alfredo jette une poignée de billets au visage de Violetta devant tous les invités, la payant ainsi de ses trois mois d’amour. Germont, qui a suivi son fils, lui reproche d’insulter une femme de cette
manière.

ACTE III
Violetta, gravement malade, est abandonnée de tous. Alfredo, à qui son père a enfin avoué la vérité, se précipite à son chevet. Il demande à Violetta de lui pardonner. Germont vient à son tour rendre visite à la jeune femme, qu’il considère à présent comme sa fille, mais celle-ci est à bout de forces. Un dernier sursaut de vie semble la ranimer, puis elle retombe, morte.