Prochain direct mardi 29 novembre à 20h : Les chemins qui montent. Cliquer pour y accéder.
Univesité Rennes 2
DATE 19-01-2017 DURÉE 00:02:49 GENRE Présentation PUBLIC Tous publics DISCIPLINE Sciences de la vie, Médecine, Psychologie Auteur Sylvain Delouvée Réalisateur Université Rennes 2 Producteur Université Rennes 2

Résumé

Sylvain Delouvée, chercheur en psychologie sociale à l’université Rennes 2, spécialiste des croyances collectives et des représentations sociales nous présente le projet ZIKAlliance. Il s’agit d’un projet de recherche de 3 ans financé par le programme Horizon 2020 pour la recherche et l’innovation de l’Union Européenne visant à étudier le virus Zika (ZIKV) en Amérique Latine et aux Caraïbes.

Le Laboratoire de psychologie : Cognition, Comportement, Communication (LP3C) de l’université Rennes 2 va étudier le risque lié au virus Zika, ses origines, ses effets et l’efficacité perçue des mesures de protection, à travers des recherches sur les croyances et les représentations sociales des populations actuellement exposées et potentiellement concernées.

La maladie à virus Zika est due à un virus transmis principalement par des moustiques du genre Aedes. Ce virus est à l’origine de cas de microcéphalie et de syndrome de Guillain-Barré. 75 pays et territoires dans le monde sont touchés par le virus et 13 pays font état de transmission de personne à personne. Il y a un an, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) décrétait que le virus Zika constituait « une urgence de santé publique de portée mondiale ».

Le consortium comprend plus de 50 partenaires situés dans 18 pays. L’objectif du consortium ZIKAlliance est notamment d’explorer les répercussions du virus pendant la grossesse et les effets à court et long terme sur les nouveau-nés et de comparer ce virus à d’autres arbovirus (Dengue ou Chikungunya) dans un but de caractérisation. En France, ce sont une dizaine de  partenaires qui sont mobilisés parmi lesquels : l’Inserm, l’Institut Pasteur, l’IRD, le CEA, le CNRS, Aix Marseille Université, l’Institut Louis Malardé, l’ANSES, l’Université de Lyon et l’Université Rennes 2.

Les sciences humaines et les sciences sociales se focaliseront sur l’analyse du coût et les répercussions sociales de la maladie et décrypteront les croyances et les comportements au sein des populations affectées.

Si les épidémies et les pandémies sont un objet classique de peurs collectives (Delouvée, Rateau & Rouquette, 2013) le virus Zika présente un certain nombre de caractéristiques « originales » pour l’étude du lien entre croyances et pratiques individuelles et collectives : l’infection est essentiellement asymptomatique, il n’y a aucune mortalité directe mais diverses atteintes neurologiques avérées ou suspectées, outre la transmission via les moustiques il existe également des cas de transmission sexuelle chez les humains, etc.

Aller plus loin