Prochain direct mardi à 17h30 : Comment dire l’émancipation ? Les pratiques féministes du langage. Cliquer pour y accéder.
Univesité Rennes 2
DATE 26-10-2015 DURÉE 00:08:57 GENRE Conférence PUBLIC Master, Doctorat, Enseignant DISCIPLINE Sciences politiques, Sciences humaines et sociales (Généralités) Producteur Université Rennes 2

Résumé

Les discours et pratiques du convivialisme au Japon étaient bien vivants dans les marges de la société civile depuis la seconde moitié des années 1960s. On identifie au moins deux sources. La première est la montée du tiers-mondisme et du discours de solidarité entre les citoyens en Asie. Le mouvement contre la guerre du Vietnam est un exemple bien connu qui a sensibilisé les citoyens ordinaires à l’accusation de guerre injustifiée et à l’amélioration des relations Nord-Sud. La seconde est la critique de la croissance et du développement et l’émergence dispersée des mouvements anti-productivistes comme l’écologisme, l’agriculture biologique et le mouvement des habitants pour de réapproprier leur monde vécu. Ce second courant a engendré la diversité des théories précurseurs de l’après-développement au Japon, comme l’économie du système vivant et le régionalisme (Yoshirou Tamanoi, Hisashi Nakamura), l’économie de l’entropie (Takeshi Murota), le développement endogène (Kazuko Tsurumi, Jun Nishikawa), et l’économie du vivre ensemble (Katsuhito Uchihashi).

Fondée en 1973, l’ONG Pacific Asia Resource Center (PARC) s’est engagée pendant quatre décennies pour la diffusion de ces deux sources du convivialisme dans la société japonaise.

Yoshihiro Nakano est philosophe, maître de conférences à l’université chrétienne internationale de Tokyo, Membre de PARC.

Aller plus loin