Prochain direct mardi 6 décembre à 17h30 : Les femmes, l’art et la mer : des engagements divers. Cliquer pour y accéder.
Univesité Rennes 2
DATE 26-10-2015 DURÉE 00:23:30 GENRE Conférence PUBLIC Master, Doctorat, Enseignant DISCIPLINE Sciences politiques, Sciences humaines et sociales (Généralités) Producteur Université Rennes 2

Résumé

Josette Combes est co-présidente du MES, mouvement pour l’économie solidaire.

Si prosaïque que peut-être éventuellement son objectif, la démarche associative postule que les citoyens ont un droit de décision sur leurs choix de vie et sur les façons de les réaliser. Il y a bien d’emblée une aspiration au vivre ensemble puisque l’association est par définition l’agrégation de personnalités et de destins différents qui se donnent réciproquement un crédit de confiance pour mener à bien des activités communes. Ces activités sont extrêmement disparates, l’hétérogénéité des buts et des statuts en témoigne, et toutes les associations ne visent certainement pas le changement social, loin s’en faut. Pour celles dont c’est l’objectif affiché, le chapitre aborde trois aspects :

  1. De quelle façon la convivialité sous-tendue par la démarche associative peut être la source des innovations tant politiques, qu’économiques, sociales, technique qui accréditent la possibilité d’un changement profond de paradigme que les sociétés doivent favoriser pour déjouer les effets délétères de l’ultralibéralisme.
  2. La tendance actuelle de recherche de convergence portée par la plupart des associations qui promeuvent des alternatives au système mondialisé et financiarisé et dont le convivialisme est un exemple majeur.
  3. Les mécanismes évidemment à l’œuvre pour freiner la multiplicité des initiatives, notamment actuellement les restrictions budgétaires, les tracasseries administratives et l’émiettement des temps sociaux, sans oublier le détournement sémantique du « social washing » qui souhaite faire prendre les vessies du capitalisme social pour les lanternes d’une philosophie de sobriété et de justice sociale, d’une « éthique du futur ».

Aller plus loin